LES ÉTUDIANTS HORS CAMPUS : DES ÉTUDIANTS ENGAGÉS

Les cours hors campus existent depuis la création de l’UQTR. Ainsi, dès la session d’été 1969, des cours étaient offerts à Drummondville et à Victoriaville. Au fil des ans, les étudiants hors campus ont voulu se regrouper pour s’impliquer dans leur formation et le développement des centres de cours hors campus. Ce sont des étudiants très engagés, voici leur cheminement.  

Au milieu des années 1980, les étudiants hors campus lançaient l’idée de regrouper tous les étudiants à temps partiel de l’UQTR au sein d’un regroupement des étudiants à temps partiel, le RETP. Après deux (2) référendums gagnés à plus de 90 %, la direction de l’Université a préféré ne pas reconnaître le RETP, mais plutôt collaborer aux  règlements des différends  entre le RETP et l’Association générale des étudiants (AGEUQTR). A suivi une modification de la politique de reconnaissance des regroupements étudiants de l’Université, ce qui a permis  de reconnaître officiellement en 1988 l’Association des étudiants hors campus (AEHCUQTR) à titre de regroupement étudiant de catégorie ll.  

De plus, une entente tripartite était signée pour réglementer les modes de fonctionnement entre les deux (2) associations, dont le retour automatique de 80% de cotisations payées par les étudiants hors campus à l’AEHCUQTR, et l’obligation à l’AEHCUQTR de participer aux réunions du comité inter modulaire (CIM) de l’AGEUQTR.  

En 2003, pour donner suite à la décision de l’AGEUQTR de demander son accréditation selon la loi 32 du Gouvernement du Québec, l’AEHCUQTR faisait de même pour éviter que son entente avec l’AGEUQTR ne devienne caduque. Ainsi depuis 2003, l’AGEUQTR et l’AGEHCUQTR sont accréditées selon la loi 32 et sont des associations étudiantes indépendantes l’une de l’autre.  

Le 27 mai 2003, le Ministère de l’Éducation a reconnu à l’AGEHCUQTR le droit exclusif de représenter l’ensemble des étudiants de premier cycle et de cycles supérieurs du campus régional de l’UQTR.  Le campus régional de l’UQTR étant constitué des installations physiques et lieux d’enseignement situés hors de la ville de Trois-Rivières.  En 2003, le campus régional de l’Université était composé uniquement d’étudiants à temps partiel, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. En effet, plusieurs baccalauréats sont offerts à temps plein aux centres universitaires de Québec, Joliette, Drummondville et Longueuil. Des programmes de 2e cycle ont aussi été implantés à Drummondville, Vallée-du-Haut-St-Laurent, Québec et Longueuil. Les centres universitaires progressent, mais les difficultés rencontrées dans les universités québécoises présentement vont demander un suivi particulier pour maintenir les acquis.

Plus près de nous, soit il y a environ 2 ans, l’AGEHC a vécu des changements significatifs au niveau de ses orientations et de son mode de fonctionnement. La nouvelle approche favorise maintenant un plus grand partenariat avec l’UQTR et un mode de résolution de problème axé sur la communication.

Pin It